« Ti Tiimou ou nos sols » : “l’utilisation des pesticides est un mal nécessaire”

Le coton est un produit qui est cultivé un peu partout au Burkina Faso. Dans certaines localités, la culture du coton constitue l’activité principale de la population. Or les produits utilisés pendant la production, dégradent les sols et cela inquiète les paysans. A travers  « Ti Tiimou ou nos sols », le réalisateur burkinabè Michel Zongo a recueilli le témoignage des contonsculteurs.

« Ti Tiimou » en langue gourmantché est un documentaire d’une trentaine de minutes dont les acteurs sont des cotonculteurs. La scène se déroule à Fada localité située à l’EST du Burkina Faso. Tous les producteurs interrogés dans le documentaire reconnaissent que la production du coton est rentable. « Il n’y a pas de culture plus rentable que le coton » a témoigné un acteur.Les femmes des producteurs ont aussi témoignés que les récoltes du coton ont permis à la population de Fada de sortir de la misère.

Ti Tiimou a retenu l’attention des participants

Si la production du coton est rentable, ce sont les produits utilisés notamment les pesticides, qui inquiètent les producteurs. Pour faire de bonnes récoltes, les cotonculteurs  utilisent les produits chimiques. Or les pesticides dégradent les sols. Un des acteurs a mentionné qu’après avoir utiliséles pesticides pendant trois ans sur le même sol, il n’est plus fertile et rien ne pousse. Autre inconvénient des pesticides relevé dans le documentaire est le décès des animaux et des oiseaux. En effet, à en croire un témoin « lorsque  nous pulvérisons les champs et les animaux broutent les herbes, ils meurent ». Les méfaits des produits chimiques ont atteint le paroxysme à travers l’indignation de ce témoin qui déclare « Beaucoup de personnes ont bu le pesticide pour se donner la mort à cause de simple dispute ».

A la fin du film documentaire, les producteurs du coton de la région de l’Est ont reconnu que la production du coton est rentable, mais les produits utilisés détruisent les sols, la nature, les animaux. Mais la plupart soutiennent que « nous utilisons les pesticides parce que nous n’avons pas le choix. »A cet effet, un ancien interrogé se demande « qu’allons devenir lorsque les pesticides détruirons tous les sols  » ?

Avec Ti Tiimou réalisé en 2008, Michel Zongo, s’adresse à la population rurale, et lance le débat sur le devenir des sols notamment sur la gestion des ressources naturelles et la filière du coton.

 M’pempé Bernard HIEN

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s