Nouvelle dynamique dans l’agriculture familiale en Afrique

Blog pour la Souveraineté alimentaire

Les « mirages des blancs » d’un côté, le recours aux nouvelles technologies de l’information de l’autre… l’agriculture, premier pourvoyeur d’emploi du continent, est à la croisée des chemins: des efforts pour associer NTIC et savoirs traditionnels dessinent une voie prometteuse…

« Redevenir agriculteur, lorsqu’on est allé à l’école, les gens voient ça comme une malédiction. Ça a été extrêmement difficile pour moi de faire ce choix, mais j’ai tenu le coup. Cette ténacité a fini par convaincre les gens que je n’étais pas sur le mauvais chemin », a témoigné Pascal Genou devant les élèves du lycée agricole d’Ettelbruck de la filière maraichage fin 2016. Le parcours singulier de ce jeune Béninois a séduit son auditoire et apporté beaucoup de motivation! portrait-pg-au-lta

« Il faut faire prendre conscience que les méthodes traditionnelles sont pleines de vertus et qu’il faut abandonner le mirage des produits de synthèses des blancs. » Distingué…

View original post 483 more words

Festival Consom’Acteur: Des défis et des idées

Le festival Consom’Acteur est un cadre de débat sur les enjeux de l’alimentation et de l’agriculture. Un espace où nos festivaliers discutent et proposent des solutions à certains défis. Pour la deuxième édition, nous avons recueilli quelques idées émises lors des débats qui ont suivi les projections

“La question du financement n’est pas simple. C’est l’élément qui ralentit l’entrepreneuriat. Mais, il faut aller avec les moyens qu’on a.” Alphonse Sié Palm, promoteur d’une ferme d’embouche porcine

alphonse-sie-palm

Alphonse Sié Palm, promoteur d’une ferme d’embouche porcine. 

La question du financement n’est pas simple. C’est l’élément qui ralentit l’entrepreneuriat. Mais, il faut aller avec les moyens qu’on a. Quand on réfléchit sur un projet, nous voulons avoir tous les moyens à notre disposition pour le lancer. Il faut arriver à lancer le projet avec les moyens qu’on a. lorsqu’on lance le projet avec les moyens qu’on a, on peut être financé après. Aucune structure ne viendra vous financer tant que vous n’avez pas d’expériences dans le domaine, tant que vous n’avez pas fait un pas pour montrer au banquier que vous êtes engagé et que c’est pour cela que vous avez mis un franc, deux francs dans le projet. »

“L’initiative des jardins de santé a contribué à dimimuer les cas de malnutrition.” Assumi Abdel Aziz, responsable santé-nutrition à Action contre la faim (ACF) Burkina

assumi-abdel-aziz

Abdoul Aziz, responsable santé-nutrition à Action contre la Faim (ACF).

« Le concept ‘’ Jardin de la santé ’’ est une approche qui permet d’améliorer la disponibilité et l’accès pour une alimentation de bonne qualité. Il est basé sur un certain nombre de principe, notamment la question de la production maraichère, de l’insertion des femmes en terme de «pouvoir économique », du changement de comportement de ces femmes et aussi de la diversification alimentaire ; de manière générale, à une alimentation adéquate.

L’objectif de jardins de la santé, ‘est de pouvoir arriver à un impact nutritionnel. Qu’est-ce que nous appelons impacts nutritionnels ? C’est de pouvoir arriver à une diminution des cas de malnutrition de manière générale. Quand on parle de jardins de la santé, il ne faut pas seulement voir la notion de « santé ». Ce sont des interventions qui sont multi facteurs, qui sont multidisciplinaires en termes d’intervenants. Nous avons la question de la santé qui est évoqué, la question de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, la question de la sécurité alimentaire. En gros, c’est un paquet d’activités qui permet dans un ménage spécifique, de pouvoir arriver à un impact nutritionnel et de démunie les cas de malnutrition. ».

“Il faut mettre l’accent sur l’amélioration des capacités d’adaptation des éleveurs aux changements climatiques, notamment en intégrant de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements et en partageant surtout de bonnes pratiques.” Cissé Boubacar, point focal du réseau Billital Maorobè (RBM) au Burkina.

cisse-boubacar

Cissé Boubacar, point focal de Réseau Billital Maorobé (RBM) au Burkina.

« La question du pastoralisme est une question centrale dans le contexte actuel de notre sous-région, d’autant plus que cela relève d’une vie humaine. C’est un mode production, un mode de vie également. Nous pensons qu’il faut mettre l’accent sur trois axes essentiels. D’abord, l’amélioration des politiques de nos pays à l’endroit du pastoralisme. Il faut qu’il y ait véritablement des politiques qui accompagnent ce secteur. Deuxièmement, l’amélioration des capacités d’adaptation des éleveurs aux changements climatiques, notamment en intégrant de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements ; mais en partageant surtout de bonnes pratiques. Le troisième axe, c’est la concertation inter Etats. Le pastoralisme est une question de mobilité ; et qui dit mobilité dit intégration. Le pastoralisme nous recommande d’avoir une concertation entre les Etats par rapport à la question de la mobilité, par rapport à la question de l’élevage.

Je pense que si chacun joue sérieusement son rôle, le combat pour l’adaptation du pastoralisme à ses défis sera gagné. Partout dans la sous-région, là où nous avons des situations de crise, en majorité ce sont des zones où le pastoralisme est beaucoup développé. Posons-nous la question de savoir pourquoi c’est là-bas que ça ne va pas, pourquoi c’est là-bas que le problème d’insécurité se pose, pourquoi c’est là-bas que le niveau de pauvreté est élevé. C’est dire que chacun doit jouer pleinement son rôle. Que ce soit les Etats, les populations, les éleveurs où les partenaires techniques et financiers. C’est ainsi que nous allons gagner ce combat. ».

“Pour résoudre les problèmes de la culture du coton, il faut aussi aller aux les bio-pesticides qui protègent l’environnement.” Yacouba Coura, Vice président de l’Union national des producteurs de coton du Burkina (UNPCB)

yacouba-coura-unpcb

Yacouba Coura, vice-président de l’UNPCB.

« La difficulté au niveau de la production du coton, c’est le prix du coton qui est souvent flexible, qui n’est pas stable. Il y a aussi le coût des intrants qui est élevé. C’est cela qui constitue la difficulté. Il y a aussi les aléas climatiques qui ne favorisent pas le producteur. Au niveau de la récolte, il y a une autre difficulté, c’est la main-d’œuvre. Nous pouvons bien produire, mais rencontrer plein de problèmes à la récolte. Il y a les animaux qui nous endettent, le vent. Tout cela pose de sérieux problèmes.

Pour résoudre les problèmes de la culture du coton, il faut renforcer les capacités des producteurs en les formant notamment au travail de la fumure organique. C’est un moyen d’accroissement nos rendements. Il faut aussi aller aux les bio-pesticides qui protègent l’environnement. Je pense que ce sont des solutions. Egalement, nous pouvons aller à la modernisation en rendant disponible des outils, qui vont nous aider à aller de l’avant. Les autorités également doivent prendre les devants des choses pour la transformation du coton. C’est cela qui va vraiment faire vivre les producteurs de coton des fruits de leur sueur. »

 

Propos recueillis par Nouroudine Lenoble LOUGUE, Hadepté Dâ et Danouma Ismaèl TRAORE

Festival Consom’Acteur : l’entreprenariat des jeunes et le pastoralisme au menu des échanges

Débuté le 23 septembre 2016, le festival de film sur l’agriculture Consom’Acteur s’est poursuivi ce samedi 24 septembre. Trois films ont été projetés, suivi d’échanges sur des problématiques liées à l’agriculture et à l’entrepreneuriat des jeunes. Un des films qui a surtout attiré l’attention des participants, c’est le film « Des hommes, des animaux et des sècheresses, la résistance à bout de souffle ».

14423801_10210769982195042_1570413913_oLes changements climatiques ont un impact réel sur l’élevage dans les pays du Sahel. C’est en substance le message de ce film, réalisé par S. Ouattara et Gaoussou Nabaloum. Un film qui traduit les réalités vécues par les éleveurs dans les pays sahéliens. Ce qu’on constate c’est la rareté ou même le manque d’eau et de pâturage. Toute chose qui provoque la perte de plusieurs animaux. Dans ce contexte, les éleveurs burkinabè et nigériens rencontrent des difficultés à pouvoir s’adapter à ces nouvelles réalités.

Les panélistes à savoir Mr Gaoussou Nabaloum et …. sont revenus sur toute la nécessité de réfléchir à des actions qui pourront permettre de pallier ces difficultés. Cela passe nécessairement par une contribution active de l’ensemble des acteurs à savoir d’une part les éleveurs qui sont directement victimes des affres des changements climatiques, et de l’autre l’Etat qui a la charge la gestion du pays et donc de proposer des politiques publiques en la matière. C’est pourquoi au regard de l’importance de l’élevage dans le développement du pays, les participants ont souhaité que des initiatives soient prises de part et d’autres pour s’adapter à ces changements et pourquoi pas les dompter. Des intervenants ont relevé que l’élevage est un secteur capital mais qui est défavorisé au niveau des politiques publiques.

Selon les intervenants ont reconnu que l’Etat peut mieux faire en faveur en détaxant par exemple des intrants.

Cette 2e journée du festival a été a vu la projection une série de reportage mettant en valeur l’entrepreneuriat des jeunes. L’intérêt a été ici de montrer que l’agriculture est une alternative et que des gens, notamment des jeunes y réussissaient. Cela a permis aussi de passer en revue les difficultés rencontrées par les jeunes entrepreneurs, allant du manque ou de l’insuffisance de financement aux problèmes de formation.  “Quand on a une idée de projet, il ne faut pas se lasser de taper aux portes. Un jour ça finira par payer”, a conseillé Sié Palm, jeune entrepreneur.

Les activités de la soirée ont pris fin aux environs de 21 heures et rendez-vous a été donné pour le lendemain.

« Madame mouii », les vertus du riz pluvial expliquées au festival Consom’Acteur

La deuxième édition du festival de films sur l’alimentation et l’agriculture, Consom’Acteur débuté le vendredi 23 septembre 2016 a connu la projection du film intitulé « Madame mouii ».

img_20160923_185300018

Capture d’écran du film “Madame mouii”.

Au Burkina Faso, le riz pluvial ne fait indéniablement pas le poids face au riz d’importation, malgré les problèmes sanitaires que ce riz cause le plus  souvent aux consommateurs. Cette réalité, Kollo Daniel Sanou l’a traduite dans son film en mettant en scène l’histoire d’un paysan dont la famille est tombée malade après avoir consommée le riz d’importation que lui a livré son boutiquier. Mêlant fiction et documentaire, le film prend la défense du riz pluvial face au riz importé est le plus souvent avarié du fait que c’est du vieux stock qui atterrit dans nos marchés.

Le film a été réalisé à la demande de l’ambassade de Chine Taiwan pour le compte du Projet Riz Pluvial. La projection a donné lieu à des échanges sur les stratégies de promotion du riz local et, au-delà, pour une autosuffisance du riz au Burkina Faso et en Afrique de l’ouest. La majorité des interventions ont souligné la nécessité pour les consommateurs de devenir des acteurs et de se poser des questions au sujet de ce qu’ils consomment.

L’actualité au Burkina Faso, marquée par des saisies de produits avariés ou périmés, a conforté cet appel à la vigilance et plaident pour la cause du riz local.

Hadepte Da

L’entrepreneuriat agricole en question ce samedi au Festival Consom’Acteur

Le festival consom’acteur, ouvert hier, se poursuit ce samedi 24 septembre. Au programme pour cette deuxième soirée, la projection de trois films et des débats. La première projection débat aborde la question de l’entrepreneuriat agricole.

13123164_1781573658739119_4794802292500826542_o

Crédit photo: Agribusiness TV

Synopsis

« CES JEUNES QUI INNOVENT DANS L’ENTREPRENEURIAT AGRICOLE »
Agribusiness TV l serie reportages l 2016

Avec 70% de sa population sous la barre des 30 ans, l’Afrique a la plus forte proportion de jeunes au monde. Une jeunesse confrontée au chômage grandissant qui en même temps va devoir nourrir une population qui va quasiment doubler d’ici 25 ans. Dans cette séance, nous vous proposons une série de reportages sur des initiatives entrepreneuriales innovantes de jeunes dans le secteur agricole. L’objectif étant de mettre en débat leur rôle et leur potentiel dans la modernisation de l’agriculture en Afrique, ainsi que les défis auxquels ils sont confrontés.

Débat : Quelle contribution des jeunes dans la modernisation de l’agriculture africaine ?

Télécharger ici le programme2016 du festival

Bon festival.

 

Clap de départ pour la 2ème édition du festival Consom’Acteurs

C’est parti pour la deuxième édition du festival de film sur l’alimentation et l’agriculture dénommé « Consom’acteurs ». Les projections-débats ont commencé le vendredi 23 septembre 2016. Pendant trois jours, les festivaliers sont invités à débattre autour des modes de consommation et des défis de l’agriculture.

img_20160923_192954831

Le panel de débat après la projection du film “Mme moui” avec le réalisateur Kolo Daniel Sanou.

A travers son festival Consom’Acteur, l’Association burkinabè des journalistes et communicateurs agricoles (ABJCA) veut amener les citoyens burkinabè à se questionner davantage sur les questions liées à l’alimentation et à l’agriculture et à devenir, plus que simple consommateurs.

Selon le président de l’ABJCA, le festival trouve toute son utilité dans le vécu des Burkinabè. « Tous les jours, nous entendons parler de gens qui essaient d’importer du poulet avarié, des produits périmés qu’on reconditionne pour les mettre sur le marché… », a rappelé Inoussa Maiga. Pour lui il est nécessaire pour le consommateur de s’interroger davantage sur ce qu’il consomme.

Fort du succès de la première édition tenue les 1er, 2 et 3 mai 2015, les organisateurs fondent l’espoir de voir les Burkinabè s’interroger sur des questions comme la provenance des produits qu’ils consomment, leurs valeurs nutritives ou encore les conditions de conservation.

« Il faut démocratiser le débat »

L’ABJCA est convaincu que tous les consommateurs doivent se sentir concernés par les questions de l’alimentation et de l’agriculture. « La situation de l’alimentation et de l’agriculture ne va pas changer tant que cela reste la simple question des techniciens qui en parlent », a martelé son président. Au-delà des discussions, les intervenants ont insisté sur l’action. « Il faut que chaque Burkinabè prenne l’engagement de consommer local» a martelé Maurice Oudet, un festivalier averti des questions d’alimentation et d’agriculture.

Du 23 au 25 septembre 2016, les participants à la deuxième édition de Consom’acteurs, auront droit à une série d’activités. L’évènement sera surtout marqué par des projections de films sur des thématiques variées. Il s’agit entre autre de l’engagement des jeunes dans l’agriculture, de la production du coton et du pastoralisme. L’ensemble des projections seront suivies de débats avec des personnes ressources. C’est l’occasion donnée aux « citoyens lambda » de s’approprier toutes ces questions.

Pour la première soirée du festival, le public a eu droit à une réalisation de Kolo Daniel Sanou. Son film, « Madame mouii », pose la problématique de la consommation du riz pluvial.

Nouroudine Lenoble LOUGUE